Transition capillaire

 

Transition capillaire vers le naturel : qu’est-ce que c’est et comment faire ?

Regardez les conseils de l’expert cheveux de Natura Brasil, Gui Cassolari, pour tourner le dos au lissage et être heureuse avec des cheveux bouclés au naturel.
Une étude récente a révélé que, pour la première fois, l’intérêt pour les cheveux bouclés/frisés a dépassé celui des cheveux lisses dans les moteurs de recherche sur Internet. Il s’agit là d’une donnée très positive si l’on considère que 24 % des femmes âgées entre 18 et 24 ans déclarent avoir les cheveux bouclés ou frisés et affirment avoir déjà souffert de préjugés à cause de leurs boucles.
L’expert cheveux de Natura Brasil, Guilherme Cassolari, raconte que les femmes sont de moins en moins nombreuses à vouloir modifier la texture de leurs cheveux. « Le nombre de femmes qui portent leurs cheveux au naturel est franchement à la hausse. C’est une femme qui a une forte personnalité, qui s’assume et qui ne prête pas attention à l’opinion des autres ou du diktat des cheveux lisses. Elle est authentique », déclare le coiffeur, qui a accompagné quelques clientes dans leur processus de transition capillaire vers le naturel. « Ce n’est pas toujours un processus facile. »
La transition capillaire vers le naturel consiste à abandonner les procédés chimiques de transformation, comme le lissage brésilien, le relâchement et le lissage progressif, pour assumer la beauté naturelle de sa chevelure. Nous avons réuni les principaux conseils de notre expert pour faire face à ce processus avec confiance et conquérir des boucles éclatantes, hydratées et fortes.

Abandonnez les procédés chimiques

Pour atteindre la perfection en matière de cheveux bouclés/frisés ou crépus, il est important de tourner le dos à tout type de produit chimique destiné à lisser, à assouplir ou à modeler les cheveux. Il faut aussi éviter la chaleur excessive. Pendant la transition, la phase pendant laquelle vos cheveux retrouveront leur structure, l’idéal est d’abandonner le sèche-cheveux, le fer à lisser, le diffuseur et le produit de modelage des boucles.

Coupez pour que ça pousse

Gui Cassolari explique que l’idéal serait de faire une coupe radicale pour éliminer toute présence de produit chimique. Mais comme peu de femmes choisissent cette solution, il est conseillé de se rendre régulièrement chez son coiffeur. « Se couper les cheveux plus fréquemment, c’est important pour enlever les résidus du lissage », enseigne le coiffeur. « Les coupes fréquentes facilitent le processus de croissance et de renouvellement capillaire. »

Achetez les bons produits

Vos cheveux sont passés par une longue période de traitements extrêmement agressifs et ils en ont souffert. Hydratation et coup de ciseaux, tel est ce dont ils ont le plus besoin à présent. Notre expert conseille de choisir des produits spécifiques et soins pour cheveux crépus et bouclés/frisés. « Prenez un shampooing et un après-shampooing spécifiques pour activer et définir votre type de boucles », explique Gui Cassolari, qui renforce l’importance des huiles réparatrices pour éviter les cheveux mousseux et augmenter l’hydratation.

Ce que disent les femmes qui sont déjà passées par la transition capillaire vers le naturel

« J’ai eu les cheveux lissés de 2008 à 2015 et ça fait un peu plus de deux ans que j’ai entamé le processus de transition capillaire vers le naturel. Je faisais des lissages progressifs et porter mes cheveux au naturel, ça ne me venait même pas à l’esprit. Mais ma sœur est tombée enceinte et ma nièce est née avec les cheveux bien bouclés. Alors, j’ai décidé d’être une référence pour elle, en lui montrant qu’il y a des femmes qui ont les cheveux bouclés/frisés et qui se sentent belles. J’ai arrêté les traitements chimiques, je me suis coupé les cheveux et je les ai laissés pousser. Changer de look aussi radicalement, ça a été un choc pour moi. J’ai mis du temps à m’habituer à mon nouveau ‘ moi ‘. Être patiente et s’entourer de personnes qui nous soutiennent, c’est vraiment important parce que ce changement s’insère dans un processus d’acceptation. Chaque boucle a ses particularités et j’ai appris à prendre de soin des miennes. »
- Thais Davanso, coordinatrice marketing.

« J’ai commencé les lissages progressifs quand j’avais 13 ans. Je ne savais pas comment m’occuper de mes boucles et c’est en voyant mes amies avec les cheveux lisses que j’ai décidé de faire pareil. Mais une fois, quand je faisais un lissage, j’ai senti mes cheveux se casser dans mes mains. À ce moment-là, j’ai décidé de revenir aux cheveux bouclés. Ça fait déjà trois ans. J’ai fait un Big Chop (« grande coupe », ou couper une grande partie de ses cheveux et notamment les parties lissées) avec un coiffeur-visagiste, qui a eu carte blanche pour me couper les cheveux. Ils étaient super courts mais je ne regrette pas d’avoir fait la transition. D’ailleurs, quand je regarde d’anciennes photos, je me demande : ‘ Oh, mon Dieu ! Mais comment on m’a laissé faire des lissages ? ’ Et mon conseil pour celles qui ont encore des doutes : lancez-vous, acceptez-vous telle que vous êtes et ne laissez pas la société dicter votre look et votre manière d’être. »
- Bruna Lopes, mannequin.

« Quand j’étais petite, j’avais des cheveux crépus et volumineux. Mais comme ma mère n’avait pas de patience pour s’en occuper, elles les lissaient avec de guanidine. Une fois adulte, je les ai coupés super court et j’ai mis des extensions. Mes cheveux ont poussé petit à petit jusqu’à ce que je parvienne à les récupérer. Mais une fois, sans me prévenir, la coiffeuse a appliqué un produit qui a lissé mes cheveux. Mes boucles se sont détendues. Il y a six mois, j’ai recommencé le processus de transition capillaire vers le naturel. Je dois tout recommencer alors je me suis encore coupé les cheveux et j’ai mis des extensions bouclées. C’est une bonne solution pour celles qui ne veulent pas faire le Big Chop*. Mes boucles reviennent peu à peu. Le problème, c’est d’attendre qu’ils poussent. Aujourd’hui, ma mère me soutient dans le changement parce qu’elle regrette de ne pas avoir pris plus de temps pour s’occuper de mes cheveux quand j’étais petite. »
- Ana Carolina Amaral, danseuse.

Les différents types de cheveux : du type 1 au type 4C

Les différents types de cheveux : du type 1 au type 4C

En savoir plus

5 conseils professionnels pour se laver les cheveux

5 conseils de pro pour le lavage des cheveux

En savoir plus

5 mauvaises habitudes qui abîment les cheveux

5 mauvaises habitudes qui abîment les cheveux

En savoir plus


Cheveux bouclés

Hydratation, contrôle du volume, entretien & plus encore

Cheveux raides

Donner des effets, conseils de lavage & plus encore

Cheveux ondulés

Soins au quotidien, astuces pour le séchage & plus encore

Cheveux crépus

Accessoires, coiffage & plus encore

Chargement en cours
Chargement en cours